Actualités
30/04/15 Prix Alexandre-Vialatte : revue de presse
29/04/15 Le Temps : Jacques A. Bertrand détaille avec malice l’étrangeté de toutes « choses »
29/04/15 Mag'Centre : « Les choses » en disent plus qu’il n’y paraît
29/04/15 le-PAYS.fr : Le Prix Vialatte 2015 attribué à Jacques A. Bertrand
28/04/15 Le Parisien : De bien jolies choses
24/04/15 France 5 : La Grande Librairie reçoit Jacques A. Betrand, lauréat du Prix Vialatte
19/04/15 Bernard Thomasson : Les choses auraient une histoire

Alain-Jacques Lacot : Vialatte, de Pourrat à Paris.

Alain-Jacques Lacot, éditeur. Lire la suite

Parution de la chronique Les étapes de l’humanité

Parution dans les page de La Montagne du 6 novembre : Les étapes de l’humanité

Trois Paris (1)

Dangers de la capitale et plaisirs de Paris • Mac Orlan • Pourrat • Willy Ronis Rats de Belleville • Edredon • Tapis-brosse • Connétable de Ménilmontant • Albert Monier de Chanterelle • Armand Lanoux et M. Vesperbaum • Mannequin à brûler les hommes • Chasse au loup • Mort de Mme Blanchard • Bergère d’Ivry • Auto qui marche • Grandeur consécutive d’Allah.
La capitale fait couler beaucoup d’encre, et il faut lire ce qu’elle inspire – c’est bien là ce qu’on appelle les dangers de la grande ville -, mais il arrive aussi qu’elle fasse chanter Pourrat, Mac Orlan ou Armand Lanoux : c’est ce qu’on appelle les plaisirs de Paris. Lire la suite

Le Paris de Vialatte

Éloge du XIIIe arrondissement

Texte extrait de Dernière nouvelles de l’homme (Éditions Julliard 1978)

« L’homme, dit la Bible, est en exil sur cette terre. » Et l’opinion publique ajoute: « Surtout dans le XIIIe arrondissement. »  C’est parce qu’on ne le connaît pas bien.
Je chanterai le XIIIe arrondissement. Lire la suite

Vialatte et Paris

Paris est la ville où Vialatte aura vécu le plus longtemps. Il lui consacrera de nombreuses chroniques (Voir ci-dessous).
En 1934, il s’installe dans un vieil immeuble (*) de la rue Nordman (ancienne extension de la rue de Broca). Il côtoie les milieux artistiques et littéraires. En 1966, il déménage pour une résidence moderne qui ne lui convient guère. Il ne défera jamais ses cartons.

(*) « Ma maison se dresse en face (de la prison de la Santé). Toute seule. Elle est haute et battue par les vents ; on dirait la maison du crime. L’un de ses murs, qui ne présente aucune autre ouverture, est percé d’une porte-fenêtre qui ne correspond à nul étage, et n’existe qu’à l’extérieur. C’est le plus grand mystère du XIIIe arrondissement ».




CITATION
Alexandre Vialatte
TEXTE DU MOIS
MOTS-CLES
GALERIE VIDEO
TELECHARGEMENT
Télécharger l'affiche
de l'Année Vialatte 2011
 Page d'accueil Haut de page